[Forum YAOI] Entrez dans cette immense bâtisse et venez découvrir un monde comme vous n'en avez jamais vu.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est un forum NC-18 à caractère Yaoi uniquement. Ce qui signifie qu'il pourrait contenir des relations homosexuelles entre hommes.

Partagez | 
 

 Etrange colocation d’un soir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Airion Eireen
Bibliothécaire au Château
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 12/02/2012





MessageSujet: Etrange colocation d’un soir   Dim 11 Mar - 18:07

SUITE DU RP :



La distance était courte de la bibliothèque jusqu’à sa chambre puisque son logement ne se trouvait qu’à un couloir de là mais tout de même, la valise de Tenkeï semblait bien lourde. Sans oublier son plat à emporter qu’il tenait à la main. Après maintes propositions pour l’aider et un peu de harcèlement positif, Airion finit par gagner la bataille. Le cuisinier lui laissa prendre les commandes de sa grosse valise marine. Au moment d’attraper la poignée, le bibliothécaire remarqua le petit nounours blanc accroché au cadenas et tira derrière lui son petit chargement. C’était vraiment pratique les roulettes.

En parcourant les quelques mètres qui les séparaient du lieu de travail d’Airion à sa chambre, ils pouvaient remarquer que le sol possédait un tapis central. Ce n’était pas le tapis rouge que l’on déroule pour les stars mais c’était tout comme. Celui-ci présenté simplement un décor qui au fur et à mesure se transformait en histoire pour les regards curieux. Et pour les adeptes, l’Histoire des vampires. De leur naissance jusqu’à la création de cette île. Ayant reconnu certaines scènes que lui avait narré son maître, le vampire, un soir, avait joué les fantômes et fait le tour du château, dévorant des yeux cette étrange histoire. Et contre les murs tapissés, des portraits, des œuvres d’art, des statues ou bien même des armures qui semblaient pouvoir se mettre à bouger à tout moment, grinçant au moindre mouvement d’air. Parfois, un fauteuil pour se reposer les jambes ou une commande, une table d’appoint avec un vase de fleurs. Malgré la beauté des lieux, il y planait tout de même un petit parfum de mystére.

« Nous voici. »

Airion s’arrêta devant une porte magnifiquement ouvragée, d’époque. Son bois était brun sombre et tout autour, courait des feuilles de vigne, des grappes de raisin et des oiseaux chantant sur les branches. Introduisant une lourde clé, il lui expliqua :

« Sur notre gauche, au fond du couloir, tu trouveras les communs. Toilettes et salle de bain. Donc, si tu as besoin de te lever pendant la nuit, n’hésites pas. Ne t’inquiètes pas, les lampes sont muni de détecteur de mouvement. Je te demande simplement de ne pas te perdre, » finit-il sur le ton de la plaisanterie avant de l’inviter à entrer d’un mouvement du bras.

A l’intérieur, dès qu’on entrait on tombait nez-à-nez avec le lit à baldaquin dans lequel il allait rejoindre Morphée tous les soirs. Oui, parce que les vampires ne dormaient pas dans des cercueils. Ils aimaient les lits bien douillés, s’enfoncer dans des couettes rembourrées à la plume d’oie et faire des batailles d’oreillers à l’occasion. Heureusement que le matin même Airion avait prit soin de faire le lit et d’accrocher les lourds rideaux bordeaux brodés au fil d’or. Les volets ouverts que les deux fenêtres encadrées, donnant sur le jardin magnifiquement entretenu. Sur la gauche, une armoire et un petit bureau. Sur la droite, une petite table surmontée d’un miroir et une cheminée en pierre blanche ornée de boiseries. Contre les murs encore libres, d’énormes valises. Le propriétaire des lieux avait fait ajouter un petit frigidaire entre la table et la cheminée, afin de garder quelques aliments au frais.

« C’est modeste mais j’espère que ça te plaira. » Tirant la valise derrière lui, il referma la porte et déposa son chargement au pied du lit. « As-tu besoin de quelques choses d’autres ? Aimerais-tu faire quelque chose avant d’aller se coucher ? Comme il nous reste encore quelques heures à tuer. »

Airion faisait en sorte de mettre Tenkeï à l’aise, afin que celui-ci ne stresse pas à penser qu’il allait dormir dans le même lit qu’un autre homme ce soir. Et qu’il s’imagine de choses pires encore ! Le vampire n’avait pas l’intention de le mordre puisqu’il s’était nourri récemment mais si son invité réclamé… On lui avait appris les bonnes manières et surtout, de ne jamais refuser un cadeau !
Revenir en haut Aller en bas
Tenkei Muraï
Cuisinier au Château
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 26
Localisation : Derrière mon ordi XD



Feuille de personnage
Age(s): 20 ans
Amant(s): Aucun... pour le moment :P
En savoir plus sur moi:



MessageSujet: Re: Etrange colocation d’un soir   Dim 11 Mar - 22:03

Tenkei tenait son repas dans une main, et sa valise dans l’autre, suivant Airion docilement. Ce dernier ne cessait pas de lui proposer son aide pour porter sa lourde valise bleu foncé, mais le roux s’y refusait, il l’avait suffisamment déranger.

Pourtant l’homme insistait toujours, alors comme il ne comptait pas surenchérir tout le long de chemin, il finit par lui tendre la poignée télescopique, fort pratique pour tirer la valise à roulette. Il rougit un peu en voyant qu’Airion devait l’allongée d’un cran pour bien la porter. Décidemment il était grand et fort cet Airion. Ce n’était pas rageant plutôt impressionnant… Excitant ? Tenkei secoua la tête. N’importe quoi !
Il espérait que l’autre ne trouverait pas son porte-clés trop gamin, mais cela avait peu d’importance… Airion n’était pas comme ça après tout, il était trop mature pour ça.

Pour se changer les idées, le jeune homme admira la beauté des couloirs. Les matériaux se mariaient à la perfection, les fresques sur le tissu rouge du sol étaient splendides, racontant une étrange histoire. Tenkei ne pouvait en décoller son regard pendant qu’il parcourait ce splendide tapis écarlate, son visage exprimant son émerveillement. Les murs étaient couvertes de superbes décoration, des armures reluisante, des tableaux qui devaient coûter un bras et des vases dont il valait mieux ne pas s’approcher vu leur prix potentiel. Il y en avait tout simplement trop pour tout regardait, tout avoir le temps de découvrir en suivant la marche rapide du beau Airion.
-Tout est vraiment superbe ici, dit-il pour lui-même.

« Nous voici. »
Bientôt une superbe porte se dressa devant eux, avec un bois tout aussi magnifiquement ornée que celui de la bibliothèque. Tenkei s’extasia de nouveau devant la beauté de cet ouvrage, véritable œuvre d’art même si sa fonction restait la même. Le rouquin regarda son bienfaiteur ouvrir la porte, lui expliquant du même coup ce qu’il y avait dans le périmètre proche de cette dernière. Parfait, il savait désormais où il pouvait se doucher et se soulager au besoin. Des informations vitales… Par contre la petite blague d’Airion lui fit gonfler les joues, prenant une moue boudeuse.
-Je ne suis pas si peu doué quand même…
*Enfin j’espère* Songea-t-il soudain.

Quand la porte s’ouvrit enfin le rouquin laissa son regard curieux explorer la pièce. Un superbe lit à baldaquin l’attendait. Il n’en avait jamais vu que dans les films ou lu des descriptions dans les livres, il avait du mal à croire qu’il allait réellement dormir là dedans. Ces yeux brillants laissaient clairement deviner son émerveillement. Jamais il n’avait vu de si belles étoffes. Sa famille n’était pas si riche. Pas pauvre non plus bien sûr, juste dans la moyenne.
La pièce était superbe, pas du tout « modeste » à son goût. L’éclairage était parfait, la vue aussi d’ailleurs, les jardins de ce château était tout aussi magnifiques que le reste. Le mobilier divers était savamment entreposé, il sourit en voyant le frigidaire. Voilà qui était fort pratique, il espérait juste qu’il ne ferait pas trop de bruit, certain modèle avait cette manie-là.
Il ne put s’empêcher de regarder la cheminée de plus près. Il avait toujours aimé regarder les flammes, il se demanda si Airion l’allumait souvent.
Il y avait aussi un bureau, et une table avec un miroir. Il se demanda si le miroir était assez haut pour reflétait le lit puis il rougit à cette idée. Il n’avait pas envie de se voir lui-même en pyjama il n’aimait pas ça et puis ça avait un côté pervers.

-Cette pièce est vraiment belle, je l’aime beaucoup ! Dit-il ans détour, comme il le faisait toujours.
Airion posa alors la valise près du lit et lui demanda s’il voulait faire quelque chose, puisqu’il était encore trop tôt pour se coucher. Tenkei n’y avait pas vraiment réfléchit.
-Et bien… Il faudrait que j’aille me laver et… On pourrait manger les pâtisseries que j’ai rapporté et… et… Oh je sais! Il ouvrit la valise et fouilla à l’intérieur, s’assurant de ne pas mettre le fouillis et aussi de ne pas exposer ses sous-vêtement à Airion tant qu’à faire, même si un boxer moulant noir était tout ce qu’il y avait de plus classique, mais on ne changeait pas Tenkei.
-On pourrait ensuite faire une partie de carte avant d’aller se coucher. Dit-il en lui montrant un paquet de carte tout à fait classique.
-Enfin je veux dire… Si… Si on connait tout les deux les mêmes jeux et si… Si ça te tente… enfin…Non décidemment on ne changerait pas Tenkei, qui semblait être le maître de l’embarra pour rien, et du rougissement.

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Airion Eireen
Bibliothécaire au Château
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 12/02/2012





MessageSujet: Re: Etrange colocation d’un soir   Mar 13 Mar - 20:34

Sur le visage de Tenkeï on pouvait y lire tout l’émerveillement qu’il ressentait en découvrant les lieux. Il fallait dire qu’en général, lorsqu’on vivait dans un château, on s’attendait à autre chose que quatre murs blancs. Et les décorateurs n’avaient pas lésinés sur les moyens. Des siècles et des siècles à récolter les œuvres d’art éparpillées partout dans le monde. Au final, le jeu en valait la chandelle. La cheminée, semblant plus particulièrement attirer son attention. En silence, Airion l’observa se familiariser avec les lieux, immobile. Un peu trop d’ailleurs pour paraître humain. Un défaut que possédait tout vampire. Mais heureusement, la situation l’arracha à ce statut d’immobilité totale.

« C’est gentil à toi mais je n’y suis pour pas grand chose. La chambre était déjà comme ça lorsqu’on me l’a donné. Et je dois avouer, elle est très confortable, aussi petite soit-elle malgré la proposition alléchante d’avoir un appartement. »

Le vampire l’aida à relever sa valise pour qu’il puisse l’ouvrir lorsqu’il eut besoin qu’il cherche après quelque chose. Détournant ensuite les yeux de sa vie privée que contenait cette grosse valise. Lui tournant le dos, le bibliothécaire alla s’asseoir sur son lit, gardant un œil sur son invité d’un soir, son torse se découpant derrière le couvercle. Ces lits anciens étaient très surélevés au-dessus du sol, arrivant en général à la taille lorsqu’on se tenait debout à côté. Mais Airion était tellement grand que malgré tout, même assis, ses pieds touchés encore le sol.

« J’ai déjà pris une longue, très longue douche ce matin, » lui énonça-t-il en souriant, sous-entendant par là qu’heureusement que le château bénéficiait d’une grande réserve d’eau chaude sinon il aurait tout vidé. « Je n’ai donc pas besoin d’en prendre une avant demain matin mais si tu veux, je t’attends ici. J’ai encore quelques petites choses à faire et en attendant, ça nous ouvrira l’estomac à tous les deux. »

Et puis, Airion malgré le fait qu’il appréciait Tenkeï, ressentait tout de même le besoin d’avoir un petit moment à lui, privé. Sentiment certainement réciproque avec son invité. Car quand on se retrouvait seul avec un inconnu, on avait tendance à être tendu, faisant attention à ses gestes et ses paroles.

Attentif, il le regarda tirer un jeu de cartes, lui proposant d’en jouer tout en virant au rouge tomate. Airion rigola. Cet homme était un mélange d’enfance et d’innocence en passe de se transformer en homme. Une image s’imposant d’elle-même à l’esprit : mignon. Oui, Tenkeî à sa façon était mignon. Tout innocent et timide qu’il était.

« La proposition me tente bien. Sa passera la soirée et on mangera tes pâtisseries en même temps. »

Se relevant du lit, il fit le tour du cuisinier et de sa valise, s’approchant de la table en-dessous du miroir.

« Voilà ce que je te propose : Pendant que tu iras te laver, je préparerai la table pour manger et ensuite, jouer aux cartes. Tu verras, les douches sont individuelles et très bien équipés. Les portes ferment correctement et donc, aucun risque que quelqu’un puisse te voir. Si tu as besoin, de chaque côté des lavabos, il y a des placards avec dedans serviettes à disposition et autres produits. Tout ce que tu as utilisé et qui se lave à la machine, tu dois le laisser dans un bac à disposition. Voilà, c’est tout aussi simple. Si tu as des interrogations, n’hésites pas. »

Airion offrit un sourire au cuisinier, espérant que celui-ci commence à se sentir à l’aise. Et puis, il fallait l’avouer. Tenkeï sous la douche, le vampire pourrait en profiter pour boire un peu de sang frais qu’il gardait toujours en stock dans son frigo et ainsi, jouer la comédie face aux pâtisseries qu’il aurait à manger après. Le goût, passant plus facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Tenkei Muraï
Cuisinier au Château
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 26
Localisation : Derrière mon ordi XD



Feuille de personnage
Age(s): 20 ans
Amant(s): Aucun... pour le moment :P
En savoir plus sur moi:



MessageSujet: Re: Etrange colocation d’un soir   Mer 14 Mar - 21:25

Tenkei fut soulagé que sa proposition n’ait pas l’air ridicule, et ne pu retenir un soupir d’apaisement. Airion lui indiqua qu’il s’était déjà lavé, très bien, ce n’était pas gênant, Tenkei n’avait pas prévu de prendre sa douche avec lui… NON, il n’y avait pas pensé ! Du moins pas au début…
-Bon je vais faire comme tu as dit alors et aller me doucher. Encore pardon pour le dérangement.
Sortant de sa valise son propre linge de toilette, une grande serviette bleue ciel, et une autre plus petite assortie avec son nom brodé de fil rouge. Cela faisait un peu gamin, mais au moins avec ça, personne ne prendrais ses affaire à la blanchisserie du château…
Il prit aussi des affaires qu’il mettait pour trainer à la maison, un jogging et un débardeur, un peu trop grand pour lui d’ailleurs mais il n’avait que ça. En général il dormait en caleçon, il n’avait donc pas de pyjama. Le temps de prendre discrètement un caleçon propre et le voilà parti.

Le tout c’est de ne pas se perdre pour ne pas donner raison à ce taquin d’Airion. Heureusement une la salle de bain et à quelque pas. Et quel luxe, même pour une pièce commune. Le carrelage était reluisant, les lavabos étaient en marbre, et les douche spacieuse.
-C’est quand même la classe un château. Dit-il pour lui-même.
Il fut tout aussi agréablement surpris de voir qu’on pouvait régler la température, il comprenait pourquoi Airion prenait son temps sous l’eau chaude…
Cette pensée le fit rougir. Ce n’était pas le moment d’imaginer Airion sous la douche ! Il secoua la tête comme si la pensée avait pu giclée hors de son cerveau par ce simple mouvement.

Il retira ses vêtements un à un, il avait choisit la douche la plus au fond de la pièce, aussi il pouvait ainsi se cacher entre le porte et le mur, et pourtant il vérifiait que personne n’entrait… Comme si un homme en caleçon avait quelque chose de mauvais… Il y en avait en photo sur tous les paquets de sous-vêtement pourtant.
le timide soupira de sa propre bêtise, mais entra tout de même dans la douche avant d’enlever son dernier vêtement. Ah, en plus il y avait intégrer dans la douche une petite place pour les laisser.

Le cuisinier avança vers le fond de la cabine, et choisit une température plutôt chaude un peu moins de quarante degré, il aimait l’eau comme ça. Ce fut un décile quand l’eau ruissela sur lui, divinement agréable. Il ferma les yeux pour se mouiller en entier.
*Je ne bouge plus d’ici avant d’être cuit comme un homard !* Songea-t-il devant tant de bien être. Est-ce qu’Airion se sentait aussi bien aussi quand il prenait une douche.
Tenkei manqua de se cogner la tête contre le carrelage blanc qui pavait le mur. Mais qu’est-ce qui n’allait pas depuis quelques minutes il ne faisait que penser à Airion… Et ce n’était pas forcement des pensées totalement ingénues. Bien sur il ne se voyait pas prendre une douche avec lui mais… mais il se demander à quoi il pouvait ressembler sans ses vêtements.
-Voilà que je deviens pervers. Râla-t-il contre lui-même. Il remarqua qu’il y avait même une petite place pour s’asseoir et l’utilisa, le temps de se remettre les idées en place. Il se savonna, caresser sa peau de ses mains ne l’aider pas du tout. Des pieds à la tête, son corps lui envoyait une alarme, qu’il ne voulait pas entendre. Alors qu’il rinçait ses cheveux, sa situation lui revint en tête.

Il allait dormir à côté de cet homme… Non le jeune homme ne pourrait pas dormir, pas avec le stress d’avoir de mauvaise pensée… Et s’il devenait dur à force d’y penser… Si Airion le voyait il se fâcherait sûrement. Qui voudrais passer la nuit avec un satyre…
Il fallait qu’il se calme d’une manière ou d’une autre, qu’il se détende, et il connaissait le moyen de le faire mais…
*Si jamais quelqu’un entrait et…*
Mais les douches était bien cloisonnée, bien fermée… Personne ne pouvait le déranger.

Tenkei déglutit difficilement et rougis plus que jamais aujourd’hui. Mais c’était la seule chose à faire. Il laissa son imagination vagabonder un peu pendant que l’eau ruisselait, toujours aussi chaude, sur sa peau déjà légèrement rougit pas cette chaleur.
Entre ses jambes, sa verge s’était tendue, et déjà, il laissait sa main courir dessus. Il essayait de ne pas penser à Airion, mais c’est comme demander à quelqu’un de ne pas penser à un lion. La première chose à laquelle on pense est alors bien évidemment un lion. Là c’était un peu pareil, même si l’eau chaude aidait bien aussi.
La caresse était douce, bien que le rouquin sache que se serait encore mieux si quelqu’un d’autre la lui prodiguait. Mais pour l’instant cela devait rester un fantasme.

Le rythme de son poignet était plutôt rapide maintenant, il ne fallait pas non plus qu’Airion s’inquiète, ou pire, se doute de quelque chose. Entre quelques passes plus rapides que les autres et le liquide blanc se répandait dans sa main. Il avait eu beau se mordre la langue, un gémissement avait franchis la barrière de ses lèvres.
-Bon sang mais n’importe quoi… Qu’est-ce que j’ai fait ?
Tenkei laissa la douche nettoyait toute trace de sa faute, les joues tel des rubis. Néanmoins il devait s’avouer qu’il se sentait beaucoup plus détendu, et puis il n’y avait pas moyen pour que qui que se soit l’entende il n’y avait personne et la porte de la salle de bain avait l’air assez épaisse… Et puis l’ouïe n’était pas le point fort de l’être humain.

Il se fit rapidement un deuxième shampoing et décida qu’il était grand temps de sortir de la douche. Demain il ferait plus attention avec l’eau.
Le jeune homme s’essuya rapidement avec la grande serviette. Son corps était plus sensible qu’avant, zut… Mais il n’empêche que son esprit était plus tranquille. Il garda la petite serviette bleue dans ses cheveux, il terminerait de les sécher dans la chambre. Après avoir enfilé son pantalon noir de sport légèrement moulant et son débardeur trop grand dont le col tombait un peu trop bas et dévoilait le haut de ses pectoraux chose qui ne le gênait pas trop bizarrement, peut-être un semblant de fierté inconsciente ; il retourna dans la chambre du brun, frappant avant d’entrer de nouveau, bien qu’il fut censé dormir là.

-Pardon du retard, j’ai pris mon temps aussi, ces douches sont vraiment géniales donc j’en ai profité un peu.
C’était plus fort que lui il fallait qu’il s’excuse, tant pour cacher la véritable raison de tout ce temps passé sous l’eau que parce qu’il avait peut-être un peu gaspillé le précieux liquide… Peut-être même qu’Airion s’était impatienté…

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Airion Eireen
Bibliothécaire au Château
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 12/02/2012





MessageSujet: Re: Etrange colocation d’un soir   Mer 21 Mar - 21:39

Cette soirée de colocation improvisée commençait bien et s’annoncer d’autant mieux. Tenkeï était charmant et poli. Quelqu’un d’agréable, au point qu’on ne se formalisait pas plus que ça de sa timidité. En plus d’être mignon à regarder. Ah ! La jeunesse…

Afin de lui laisser un peu d’intimité pendant qu’il choisissait les affaires qu’il allait emmener avec lui jusqu’à la salle de bain, Airion prit le temps de retirer une à une les choses qu’il y avait sur la table. Les déposants par la suite sur son bureau, poussant les carnets qui gisaient là, les refermant pour que le cuisinier ne puisse pas voir ce qu’il écrivait dedans. Rangeant les stylos et les plumes. Occupant parfois ses soirées à l’art de la calligraphie. Pour ne pas dire qu’elle avait été sa culture d’origine. Ayant vécu, humain, au temps des plumes d’oies et des encriers en verre. Toute fois, il fallait reconnaitre que les stylos-plume et autres cousins étaient une merveilleuse révolution culturelle : on ne se tachait plus les doigts et que dire des gouttes d’encre qui fuyaient sur le papier !

Quand il se retrouva seul, il arrêta de faire son humain. Glissant ses mains de chaque côté de la table, le vampire là souleva pour la déposer devant la valise de Tenkeï avant de bouger celle-ci pour la déposer à l’ancienne place du meuble qu’il venait de soulever. Entre la table et son lit, il attrape une de ses malles de voyage en bois, pleines de carnets, pour s’en servir comme siège. Délaissant son unique chaise de bureau à son invité, face au lit et dos à la porte. Ainsi, pendant leur petit repas Tenkeï pourrait observer le soleil tomber à travers les fenêtres.

Avant qu’il ne revienne, Airion se dirigea vers son frigo et farfouilla dedans. Quelque part lui restait un peu de sang de porc. Ce qui se rapprochait le plus à celui de l’homme. Attrapant la thermos dans laquelle se trouvait le liquide froid, il but la moitié d’un litre. Histoire de se préparer au repas qu’il allait devoir faire semblant de trouver appétissant. Heureusement que la nourriture humaine ne rendait pas les vampires malades ou pire encore. Sinon, s’intégrer parmi eux serait un véritable calvaire. Jetant un coup d’œil dans le miroir, il vérifia qu’il ne restait plus la moindre trace de sang rouge sur ses lèvres et sur ses dents. Sa langue un peu plus rose que d’habitude. Dans quelques minutes, ce serait passé.

Ensuite, en attendant que le cuisinier revienne de sa douche sans se douter un seul instant de ce qu’il était bien en train de faire, se préparant à une nuit dans un lit avec un autre homme. Le vampire, lui, s’installa bien confortablement sur son lit, remontant les oreillers pour s’en faire un siège droit et ouvrit un livre. Il n’y avait pas de télévision dans sa chambre, habitué depuis des années à vivre sans. Les livres étant beaucoup moins fragile à transporter au rythme de ses voyages.

Les minutes passant, concentré sur sa lecture, il déboutonna sa chemise afin de se mettre à l’aise jusqu’au retour du jeune homme aux cheveux rouges. Exposant un nombril encadré par des abdos qui se jouaient de la lumière, restant cacher sous les pans de sa chemise. Cette dernière, qui n’en loupera pas une pour en dévoiler un peu plus à la minute où son propriétaire sera obligé de se relever.

Entendant quelqu’un toquer à sa porte, le vampire releva la tête de sa lecture, son regard bleu cristal braqué sur l’intrus. Ce n’était que Tenkeï, qui apparaissait habillé d’un pantalon noir de sport légèrement moulant et d’un débardeur trop grand. Sans oublier la serviette bleue qui emprisonnait ses cheveux certainement humides, plein d’eau.

« Pas de problème, je n’ai pas vu les minutes passer. » Pour prouver ses dires, il lui montra le livre qu’il tenait dans sa main avant de le refermer et de le déposer sur sa table de nuit. Se relevant, il se dirigea vers son invité. « Installes-toi sur une chaise, je vais te sécher les cheveux. Il y a tellement longtemps que je n’ai pas fait ça... » Sa voix se finit sur une note coupée. De ses propres cheveux, il s’en occupait tous les jours mais de ceux d’une autre personne, ça ne lui était pas arrivé depuis… depuis la mort de Eireen. Son Eireen. Son tendre et…

Tirant la chaise, il invita le cuisinier à s’asseoir avant de se glisser derrière lui. « Si tu n’aimes pas ça, fait-le moi savoir. Je m’arrêterais. » Posant ses mains, il commença par défaire le tissu afin de libérer les cheveux rouge sang dessous. En les observant, ses doigts tremblèrent un bref instant avant de s’activer. Commençant de la racine jusqu’aux pointes. Le but premier étant de récupérer l’eau dont ils étaient gorgés. Ensuite, il se mit à frotter son cuir chevelu. Massant par la même occasion sa boîte crânienne. Recommençant, encore et encore, au risque de faire s’endormir Tenkeï sous ce traitement de douceur. Une fois assez dégorgé et emmêlé comme il se doit, il lui déclara :

« Voilà, tu n’as plus qu’à démêler le tout. Je te laisse faire, je n’ai pas envie de te blesser. »

Déposant la petite serviette sur ses épaules, humant la bonne odeur de savon qui s’en élevait, il se décala pour préparer la table. Installa une nappe blanche, le jeu de cartes en son centre qu’avait sorti son invité avant de sortir deux assiettes, deux verres, une bouteille d’eau fraîche du frigidaire et des couverts. Laissant l’honneur à Tenkeï de faire le service comme il s’agissait de son plat et d’ouvrir la soirée, prenant place assise à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Tenkei Muraï
Cuisinier au Château
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 26
Localisation : Derrière mon ordi XD



Feuille de personnage
Age(s): 20 ans
Amant(s): Aucun... pour le moment :P
En savoir plus sur moi:



MessageSujet: Re: Etrange colocation d’un soir   Lun 26 Mar - 22:02

Quand Tenkei releva la tête vers Airion ; qui avait trouvé de quoi s’occuper avec un livre ; la première chose que le rouquin vit était une magnifique suite d’abdominaux parfaitement dessiné un torse musclé plus qu’agréable à reluquer. Il était vraiment content d’avoir pris une douche plus relaxante que prévu, car il était entré dans l’enfer de la tentation ! Pourquoi est-ce que le bibliothécaire avait ouvert sa chemise de cette façon… Une invitation à le mater ? Non non ! Airion ne pensais sans doute pas à mal !
*C’est vrai, c’est parce que j’ai l’esprit qui divague trop vite ! Mais il n’empêche que… Non mais regardez-moi cette carrure d’Apollon ! A côté, je dois passer pour une crevette rachitique…*
Il espéra que l’autre ne le vit pas gonfler les joues comme un gamin pensant qu’il rangeait ses vêtements. Il était de ce matin, il pourrait remettre le pantalon et la veste demain.

« Installes-toi sur une chaise, je vais te sécher les cheveux. Il y a tellement longtemps que je n’ai pas fait ça... »

Le cuisinier était surpris de cette invitation mais n’allait pas la refuser pour autant, cela faisait aussi longtemps qu’il n’avait pas laissé quelqu’un s’occuper de ses cheveux.
Lui aussi ne s'était pas laisser coiffé depuis un certain moment. De temps en temps, sa sœur lui coupait les pointes, mais ça se limitait à ça. Il n’allait que très rarement chez le coiffeur mais en général il aimait bien ce genre de contact, alors il s’assit docilement, attendant que son ainé s’applique à la tâche difficile qui était de dompter sa crinière.

« Si tu n’aimes pas ça, fait-le moi savoir. Je m’arrêterais. »
-Oui d’accord.
Acquiesça le plus jeune des deux, plus content qu’il le voudrait qu’Airion s’occupe ainsi de lui. Mais il était vraiment surpris par la douceur de cet homme, ses doigts sur son cuir chevelu était un délice, tant et si bien que s’il avait était un chat il aurait ronronné, et s’il était plus canin, il aurait remué la queue. Bien sûr il n’en disait pas mot, mais ses yeux fermés et sa bouche entre-ouverte en disait long.

Ce qu’il avait fait juste avant en cachette rendait cela d’autant plus agréable, mais cela le confortait dans l’idée qu’il avait bien fait. Rien que cela ressemblait à une invitation… Enfin il voyait le mal partout.
C’était comme un massage, un doux massage et cela durait plutôt longtemps. Bon avec sa tignasse cela n’avait rien d’étonnant, d’ailleurs à regrets il sentit que l’autre avait fini. Mais là encore il ne pipa pas mot, effaçant rapidement sa mine désappointée.

« Voilà, tu n’as plus qu’à démêler le tout. Je te laisse faire, je n’ai pas envie de te blesser. »
-Oh… Merci ! Commenta le rouquin.

Il se retint de pouffer en voyant la crinière de lion que dessinaient ses cheveux emmêler autour de sa tête. Le voilà de nouveau ridicule, à croire que c’était une loi incontournable mathématique le concernant.
Tout comme deux et deux font quatre, Tenkei enchaînera les moments ridicule, c’est ainsi.

Saisissant sa brosse à cheveux rouges aux piquants argentés pour domptée sa chevelure qui décidément y mettait toute la mauvaise volonté du monde, Tenkei abandonna quand Airion avait fini de mettre la table. Cet excès de volume disparaitrait quand il dormirait dessus.
Il se pencha pour fouiller dans un compartiment spécial de sa valise, son débardeur trop grand laissa alors apparaitre pour celui qui jetterais un œil, un torse finement musclé, du moins autant que ce corps plutôt svelte le permettait. Les pectoraux était plus dessiné que les abdominaux, bien que tous était agréable à regarder.

Le rouquin se releva avec une petite mallette faite pour garder les aliments aux frai et l’ouvrit, déposant les gâteau sur la table.
-Ils ont des noms particuliers comme c’est moi qui les ai faites… Celui-là est s’appelle « Petit nuage rose » c’est à la framboise, très doux et sucré. « Dualité chocolat » il y a plein de goût dedans en fait, il est plus épicé, il y a du chocolat poivrée mais aussi du chocolat blanc et un cœur chocolat au lait.
Tenkei énumérait tout non pas par fierté, mais parce qu’il ne voulait pas que son hôte mange quelque chose qu’il déteste, et son ton montrait bien son intention, il était bien plus « préventif » qu’orgueilleux.
-Et le dernier « Pensée acidulée » est une petite tartelette vanille citron.

Le rouquin rougit avant de faire remarquer cette évidence.
-Hum… Ces noms ne sont pas très masculins mais… Je trouve ça poétique…
Bah, de toute façon il ne pouvait pas échapper à la loi mathématique énoncée plus tôt alors, pourquoi s’en cacher…
Les petits gâteaux était parfaitement réalisés et très joliments décoré, chacun était visiblement une portion individuelle, et il y en avait à chaque plusieurs identiques, leurs nombres dépendant des goûts du moment du jeune cuisinier.

-Sinon à quel jeu de carte préfères-tu? Bataille, bataille corse... Poker?
Dur de trouver des jeux à faire à deux. Mais si c'était le poker, pas question de mettre des gâteau comme mise! Il perdait trop facilement et il préférait de loin les manger.

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Airion Eireen
Bibliothécaire au Château
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 12/02/2012





MessageSujet: Re: Etrange colocation d’un soir   Lun 9 Avr - 15:48

En fin de compte, assis-là devant son invité, Airion se disait que peut-être il y était allé un peu fort. Le jeune homme ressemblait à un lion avec cette crinière. Rencontrant quelques difficultés à la dompter. Devait-il se proposer à la brosser ? Après le massage qu’il venait de lui prodiguer, le vampire constata la couleur rouge pivoine de son visage. Au final, il ferait peut-être mieux de s’en abstenir. Car apparemment, le cuisinier ne restait pas insensible à sa présence. Et son torse dévoilé ne devait pas l’aider à garder les idées claires. Malgré ce fait, le bibliothécaire ne fit rien pour arranger la situation de Tenkeï pour la simple et bonne raison qu’il se sentait bien comme cela. Sans oublier qu’il aimait bien ce côté timide de son invité et ne pouvait pas s’empêcher de le taquiner légèrement. L’innocence devenait chose rare dans le monde d’aujourd’hui…

« Ca te va bien l’effet lion enragé, » le complimenta-t-il d’un ton rieur tout en se penchant sur le plat que déposait Tenkeï au centre de la table.

Attentif, il écouta ses explications tout en regardant tour à tour les gâteaux qu’il lui indiquait. Visuellement, ils semblaient tous très appétissant. Parfaitement confectionnés et colorés, ayant survécu au voyage dans sa valise sans aucun encombrement. Un plaisir pour les yeux. Airion allait en manger avec joie mais regrettait un peu de ne plus ressentir le goût des aliments comme lorsqu’il était encore un humain. Car Tenkeï faisait vraiment du très bon travail, au point qu’on lui pardonnait son manque d’imagination pour donner des noms à chaque gâteau. Mais en même temps, cela permettait de savoir ce qu’il y avait dedans.

« C’est très beau. Tu as un véritable talent. Je n’ose pas imaginer à quoi doivent ressembler tes buffets. Et ils ont l’air aussi succulent les uns que les autres. Merci beaucoup à toi de partager ton repas avec moi. Allez, assis-toi. »

De la main, il l’invita à prendre place face à lui puis lui servit de l’eau dans son verre, en tout bon hôte qu’il était. Ensuite, le vampire pris un « petit nuage rose » et le goûta avant de l’engloutir. Heureusement que faute d’avoir du goût, il lui restait l’odorat. Et rien qu’à l’odeur, il pouvait deviner que le gâteau était délicieux puisque son parfum était entêtant.

« Succulent ! Sers-toi aussi avant que je ne mange tout. »

Puis, Airion ce servit. Déposant un gâteau de chaque dans son assiette en attendant. Ensuite, il ferait mine d’en manger un de temps en temps, en espaçant bien les minutes entre chaque bouchée pour ne pas avoir à en reprendre et se remplir l’estomac d’une nourriture qui n’avait pour lui que le goût de celui de la mort.

« Les noms ne sont pas très important pour ce soir. Tu auras tout le temps un autre jour de leur trouver un nom plus digne de ton talent. Je ne m’en inquiète pas. Surtout que tu continueras à progresser. Tu verras. »

Cela ne faisait aucun doute. La personne qui gouvernait ce château ne prenait que les meilleurs ou ceux qui étaient en train de le devenir, d’après ce qu’avait put constater le vampire. Dans tous les cas, il ne choisissait pas son personnel au hasard. Tout comme il se doutait qu’on ne l’avait pas convié sans aucune raison à venir loger ici et diriger la bibliothèque. Où sinon, il fallait être fou pour avoir invité un détraqué comme lui. Quoi que, à un détraqué et demi…

Pour ce soir, Airion se contenterait de se tenir correctement et de jouer aux cartes. Tendant le bras, il attrapa le paquet et en sortit les cartes avant de se mettre à les battre comme un vrai professionnel, laissant celles dont ils n’auraient pas besoin à côté de son assiette. Les faisant tourner autour de ses doigts, valser d’une main à l’autre tout en s’amusant à leur faire décrire des figures. Sachant pertinemment que cela ne manquerait pas d’impressionner Tenkeï.

« Hum… » fit-il mine de réfléchir à un jeu, continuant son petit manège avant de les redéposer au centre, entre eux deux. « Je te laisse choisir le jeu. Un jeu qu’il sera facile de jouer à deux mais à une seule condition. A chaque partie, le perdant doit retirer l’un de ses habits. A la fin de la soirée, celui le plus vêtu des deux choisira de quel côté du lit il dormira. Et les chaussures ne comptent pas !

Pendant que le cuisinier réfléchissait, il se recula légèrement afin de pouvoir reboutonner sa chemise devant lui. Faisant exprès de battre le tissu contre ses côtés pour déstabiliser son adverse, le jeu ayant déjà commencé pour Airion. Commençant par le bas, il s’occupa des boutons de sa chemise un par un. Avant de se redresser pour prendre une veste et de l’enfiler, attrapant ensuite un chapeau aussi noir que ses cheveux qu’il cacha à l’intérieur, dévoilant ainsi son visage afin que ses yeux ne se retrouvent pas gêné. Il aurait pu les attacher mais l’élastique ne représentait pas un vêtement en soi, alors que le chapeau si. Puis, reprit sa place assise, fixant Tenkeï de ses yeux intensément. Attendant en silence que les choses sérieuses commencent enfin.

« Vas-y. Je te laisse couper pour distribuer les cartes. C’est toi qui commence. Honneur à l’invité. »

Le vampire avait fait exprès que Tenkeï soit obligé d’accepter cette règle du jeu qu’il venait d’imposer. Un petit sourire en coin, se retenant de se lécher les babines. Airion adorait jouer... Mais arrivera-t-il à se contenir, éviter les débordements ? Pauvre Tenkeï qui ne savait pas dans quoi il s’engageait, ni les risques qu’il encourait. Le ténébreux sentait son sang bouillir en lui. Le fauve en lui se réveillant, désireux de jouer au chat et à la souris. Quelle merveilleuse idée que cette partie de jeu de cartes ! Le temps qu’il distribue les cartes, son vis-à-vis avait le temps de se rhabiller pour l’occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Tenkei Muraï
Cuisinier au Château
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 26
Localisation : Derrière mon ordi XD



Feuille de personnage
Age(s): 20 ans
Amant(s): Aucun... pour le moment :P
En savoir plus sur moi:



MessageSujet: Re: Etrange colocation d’un soir   Ven 18 Mai - 23:40

Tenkei était plus que flatté par tout ses compliments, il y avait quelque chose d’un peu trop féminin dans ses délicates réactions, que ce soit sur sa coupe de cheveux ou autre.
A la taquinerie sur sa crinière, il avait tiré la langue, aux compliments sur les gâteaux, il avait tortillé les doigts comme une jeune fille en fleur que l’on complimente sur sa tenue.

Cela aussi faisait partie des choses pour lesquelles il se maudissait, mais qu’importe, il était plutôt heureux des flatteries du beau ténébreux. Il ne voyait pas à quel point l’autre semblait se plaire à profité de son côté timide, il n’était pas du genre à imaginer de tel chose.

D’ailleurs il se permettait rarement de juger les gens, il avait des défauts et des qualités certes, mais si certains se demandent encore dans quelle catégorie ranger la modestie, Tenkei avait sonné plusieurs fois le jour de la distribution.

Après s’être servit de nombreuses douceurs, les savourant, l’œil brillant d’un plaisir innocent ; il vit Airion prendre les cartes, et interrompit son repas pour le regarder les manipuler avec l’habileté d’un grand magicien. Car il y avait définitivement quelque chose de magique en cet homme, et Tenkei croyait à beaucoup de choses occultes sans vraiment oser en parler.
Oh, bien sûr, il n’en était pas au point où il s’imaginerait avoir en face de lui une créature de la nuit. Mais si on lui avait dit qu’il avait était magicien ou la réincarnation de quelque Merlin et autre étrange personnage mythologique, il aurait volontiers hoché la tête.
-Oh, vous… tu es vraiment doué, excellent même.

La bouche très sucré Tenkei décida d’apporter son verre à ses lèvres, c’est alors qu’Airion posa ses étranges conditions.
« Je te laisse choisir le jeu. Un jeu qu’il sera facile de jouer à deux mais à une seule condition. A chaque partie, le perdant doit retirer l’un de ses habits. A la fin de la soirée, celui le plus vêtu des deux choisira de quel côté du lit il dormira. Et les chaussures ne comptent pas ! »

Et ô miracle, cette foi le rouquin ne s’étouffa point avec le contenu liquide, mais lui qui s’était décidé à boire une gorgée ou deux finit d’une traite le contenu, prenant ensuite une longue inspiration pour pallier au soudain manque d’oxygène.

-Je… je te demande pardon tu veux qu’on QUOI ?
Evidemment, nul besoin de répéter ici, le jeune homme avait parfaitement saisi l’intégralité de la phrase de son ainé.
-N’est-ce pas un peu étrange comme règle… je veux dire…
La puissance du choc lui avait permis de s’accorder un brin de folie, celui de presque refuser la proposition…
-C’est que je n’aime pas trop ce genre de chose…
Néanmoins sa voix était un peu perdue, faible, autant que sa capacité à réagir dans ce genre de situation… Etait-ce encore là un test de sa vertu ? Un bizutage un peu idiot ?

-Soit, mais je ne garanti pas d’enlever mon caleçon !
Et ça c’est bien la honte qui avait réussi à lui tirer cette phrase. Aussi paradoxal soit-il.
-Le seul jeu vraiment amusant à deux que je connaisse est un jeu de rapidité et de chance, on appelle cela le Speed si je me souviens bien.

Tenkei coupa alors le paquet en deux parties égales et en donna une à Airion.
-On prend la première carte de notre paquet et on la pose au centre de la table comme ça, c’est l’ouverture du jeu. De notre paquet, on pose quatre cartes devant nous, notre but et de les poser au centre par-dessus un carte d’une valeur d’un rang supérieur ou inférieur, en suivant l’ordre As, Roi, Dame, Valet, Dix, Neuf, Huit, Sept, Six, Et cætera jusqu’à deux. On peut poser un as sur le deux et la boucle et bouclée. Cela marque dans les deux sens, on peu poser une Dame sur un roi et un trois sur un quatre. Quand on pose une carte on se dépêche d’en piocher une autre dans notre paquet pour avoir toujours quatre cartes prêtes à être placée sur les deux piles. Le premier âne plus avoir de carte remporte la partie. Oh, si on est tout les deux bloqué, on peu poser la carte au dessus du paquet sur les deux piles au milieu pour continuer. Mais si lorsqu’il nous reste quatre carte toutes à découvert ou moins et, qu’on est tout deux coincés, on a tout les deux perdus…

Le cuisinier repris son souffle, en voilà une bien longue explication. En général, il était pas mal habile à ce genre de jeu, la cuisine vous confère de rapide mouvement avec les mains. Il ignorait bien sûr à qui il avait à faire, et que peu importe l’entraînement qu’il avait, niveau réflexes, un océan les séparait… Mais il avait aussi une chance insolente, et cela serait peut-être son atout.
-On fait une partie sans gage, pour que tu te familiarise avec le jeu ou ?

Demanda poliment le rouquin… Il ne savait pas encore ce qui était le pire… Qu’il dévoile son corps devant cet apollon, ou que ce dernier se dévêtisse devant lui… Une vraie torture pour ses méninges, sa conscience et aussi sa libido…

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Etrange colocation d’un soir   

Revenir en haut Aller en bas
 

Etrange colocation d’un soir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Ce soir, tous les musées sont gratuits !
» Allons au cinéma ce soir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chambres du personnel :: Chambre d'Airion Eireen-